Ne rien préférer à l'amour de Christ. (chap. 4)  
  L'ABBAYE NOTRE-DAME de TRIORS
    Au coeur de la Drôme des Collines - Diocèse de Valence - France
    AccueilOffices liturgiquesChant grégorienContact

  » La Congrégation de Solesmes
  

  » Présentation et visite de l'Abbaye de Triors sur le site du diocèse de Valence.
 

  » Découvrez et écoutez les orgues de l'abbatiale sur le site du facteur d'orgue, Franck Bistocchi.
 

  » Les Dimanches de Pâques 2
Dernier CD de chant grégorien enregistré par le choeur monastique de Triors.
 

  » Laus in Ecclesia - Apprendre le chant grégorien
Manuel de la Schola Saint Grégoire paru en juin 2011 aux éditions "Traditions Monastiques"
  

  » Horaires des fêtes pour le temps après la Pentecôte 2016
 

 
  » Réalisation du bâtiment d'accueil pour les hôtes.

Suivez l'évolution du chantier
sur cette page -->


Choeur de l'église de l'Abbaye Notre Dame deTriors
    L'abbaye Notre-Dame de Triors renoue avec un long passé monastique : en 1984, quatorze moines bénédictins de Fontgombault répondent à l'invitation qui leur est faite de s'établir dans le château de Triors construit au XVII° siècle par Charles de Lionne de Lesseins, abbé commendataire de Saint-Calais non loin de Solesmes.
    Le site, ample plateau verdoyant adossé aux collines et face au Vercors, se prête à la vie de silence et de travail des moines, qui y perpétuent la tradition monastique de la région.


HISTOIRE

    En effet, dès le XI° siècle, Barnard, archevêque de Vienne, fonde aux confins de son diocèse un monastère bénédictin qui est à l'origine de la ville de Romans-sur-Isère. Deux siècles plus tard, les reliques de saint Antoine Le Grand, patriarche de tous les moines ( 356), sont rapportées d'Orient par les croisés, suscitant la construction d'un sanctuaire confié aux bénédictins de Montmajours.


SPIRITUALITÉ

    Les bénédictins de Triors ont dédié leur monastère à Notre Dame dans le mystère de son Immaculée Conception, cette pureté originelle qui vient au secours des langueurs spirituelles de notre temps : par elle, ils témoignent de l'absolu de Dieu dans une vie de prière et de travail qui chante la présence de Dieu et la paix intérieure.
 

Abbaye Notre-Dame de Triors

 

    Le château, aux lignes rigoureuses, a été intégré à un ensemble de constructions sobres et élégantes propices à la vie monastique : église (1993) où le bois de la voûte en caisson se marie au béton blanc sablé des murs et des colonnes ; cloître avec ses bâtiments adjacents, hôtellerie et porterie. Tout a été possible grâce à la générosité des fidèles. La liturgie monastique est à l'image de ces réalisations concrètes : simple et belle, d'aujourd'hui et de toujours, de jeunes voix redisent la louange traditionnelle, en latin et grégorien.
 

Abbaye Notre-Dame de Triors


    Les moines accueillent pour des temps de retraite et de ressourcement ceux qui, respectant le silence du monastère, savent se contenter de l'austérité qu'on y trouve et souhaitent participer aux principaux offices liturgiques.
  

Abbaye de Triors et le Vercors
  

   
REPÈRES CHRONOLOGIQUES

     À la fin du XV° siècle, par différents actes entre 1480 et 1515, les droits sur la seigneurie de Triors sont transmis à noble Humbert Odde ( vers 1506) et à son fils Jean Odde (1473 - 1517) par la famille de Chastes, branche cadette de la maison de Clermont, qui depuis un temps immémorial possédait la seigneurie de Geyssans.

    Au milieu du XVI° siècle, Triors passe par héritage de la famille d'Abraham Odde ( 7 janvier 1627), seigneur de la Bastide de Triors, à celle illustre de Lionne de Lesseins.

    Au cours du XVII° siècle, Charles de Lionne (1620 -  16 août 1701), abbé de Lesseins, gouverneur de la ville de Romans en 1675, entreprend la construction du château de Triors et l'aménagement des jardins "à la française" (1675).
 

Chateau de Triors - Gravure de Pérelle



    Au début du XVIII° siècle, Charles-Antoine de Chabo de la Serre († 2 juillet 1722), Lieutenant des gendarmes du Dauphiné, acquiert le domaine de Triors le 7 octobre 1709 après la mort de Charles de Lionne et agrandit le bâtiment central du château.
 

Triors - Carte de Cassini 1760


     Au milieu du XVIII° siècle, Louis-Charles de Chabo de la Serre, né au château de Triors le 16 septembre 1715, Lieutenant Général des armées du Roi, cède sa propriété le 28 août 1754 à François-Joseph de Bally de Bourchenu (18 janvier 1690 - † 31 mai 1758), marquis de Valbonnais et Premier Président de la Chambre des Comptes du Dauphiné. Son fils, Jean-Pierre, poursuivra les travaux d'aménagement des bâtiments, en particulier sur les deux ailes du château et la façade Sud du corps de bâtiment.

     À la fin du XVIII° siècle, par son alliance avec l'héritière de Jean-Pierre de Bally de Bourchenu, décédé le 7 octobre 1791 à Triors, la famille de Gratet du Bouchage lui succède sur les lieux jusqu'à la fin du XX° siècle.
 

Le chateau de Triors vers 1900

 
    1977 - Mademoiselle Josepha du Bouchage prend un premier contact avec l'abbaye Notre-Dame de Fontgombault (Indre) pour une éventuelle fondation monastique.

    1983 - L'évêque de Valence, Monseigneur Didier Léon Marchand, signe avec le Père Abbé de Fontgombault, dom Antoine Forgeot, la charte de fondation du futur monastère.

    1984 - Arrivée le 22 août des 14 premiers moines fondateurs. La vie monastique est inaugurée officiellement le 6 octobre suivant.
  

Le chateau et le village de Triors en 1974


    1990 - Bénédiction de la première pierre de l'église abbatiale par Monseigneur Marchand, le 8 décembre.

    1993 - Achèvement de la construction de l'église abbatiale (architecte : Jean-François Grange-Chavanis)

    1994 - Le monastère, jusqu'alors simple prieuré, devient "abbaye" le 21 mars et son premier abbé, dom Hervé Courau, reçoit la bénédiction abbatiale le 11 juin.

     1996 - Dédicace et consécration de l'église abbatiale le 5 octobre.

     2000 - Rappel à Dieu de Mademoiselle Josepha du Bouchage le 10 avril.

     2001 - Couronnement de la statue de Notre Dame, le 1er janvier, dans le sanctuaire de l'abbatiale.

Oratoire de N. D. de la Salette - Abbaye de Triors

    2009 - Bénédiction du petit oratoire dédié à Notre Dame de la Salette, le 4 août, en action de grâces pour les 25 ans de la fondation monastique (1984)

    2013-2015 - Projet et chantier de construction d'un bâtiment d'accueil pour les hôtes qui, selon la règle de saint Benoît, "ne manquent jamais au monastère".
 

  Document made with KompoZer - Webmestre © 2009-2016 Association Abbé de Lesseins